Les solutions digitales s’invitent au sein des industries agroalimentaires

La notion de sécurité alimentaire est primordiale et très présente dans l’industrie agroalimentaire. Eviter la contamination de produits par des bactéries et autres agents pathogènes potentiels est capital pour ces industries. Les coûts engendrés par une telle contamination sont si élevés qu’il est préférable pour eux d’investir dans un plan de lutte et de prévention optimal. Cette pression constante se traduit par la valorisation et la priorisation de la sécurité alimentaire.

Bien que cette notion soit bien intégrée par la plupart des industries agroalimentaires, il reste difficile pour ce secteur d’adopter des solutions techniques et digitales susceptibles d’améliorer la protection de leur site.

La technologie peut aider les fabricants à avoir des process encore plus sûrs. L’étape à franchir consiste à améliorer les systèmes qu’ils utilisent actuellement sur papier. Les outils digitaux aideront ces entreprises à optimiser leur travail et leur efficacité avec leurs processus de sécurité alimentaire.

Les outils traditionnels ne permettent pas d’intégrer et d’analyser des données critiques. Il peut alors être difficile, en cas d’audit par exemple, de retrouver les rapports d’intervention ou bien les dispositifs installés.

Quelle pourrait être la solution ? Intégrer une solution digitale pourrait aider les industries agroalimentaires à renforcer leurs protocoles de sécurité alimentaire. Voici plusieurs idées à mettre en place pour passer des outils traditionnels à des méthodes digitales :

  • Oublier le papier. L’un des problèmes avec les enregistrements papier est qu’ils peuvent être falsifiés. A cause d’un manque d’attention ou d’un manque de temps, les listes de vérifications sécuritaires ne sont pas correctement remplies. La transition vers les outils digitaux renforcera la sécurité alimentaire et facilitera le respect de la réglementation, les audits et la formation. Les solutions techniques actuelles sont abordables et faciles à prendre en main. La première étape vers cette transition pourrait de fournir les listes de contrôle de sécurité ou les rappels de formation sur les smartphones des employés.

  • Utiliser les données pour prendre des décisions. L’autre limitation des outils traditionnels est qu’il est difficile de collecter, d’intégrer et d’analyser des données essentielles aux processus de sécurité alimentaire. Ces données permettraient de déceler et/ou résoudre des problèmes potentiels avant qu’ils ne prennent trop d’ampleur. Également, il n’y a pas de possibilité de fournir des preuves photos ou vidéos attestant que les contrôles ont été effectués.

  • Intégrer des solutions techniques. Les erreurs humaines sont inévitables, même avec un personnel compétent. Les outils technologiques les plus récents, comme les capteurs par exemple, sont efficaces pour maintenir la sécurité des aliments en reconnaissant les conditions pouvant causer l’altération de la qualité des produits.

  • Continuer à insister sur le principe que la sécurité alimentaire est une priorité non négociable. Les leaders de l’industrie agroalimentaire qui donnent la priorité à la formation en matière de sécurité des aliments, démontrent son importance.

Les industries agroalimentaires sont soumises à des audits détaillés associés à des actions correctives. Les logiciels facilitent le respect des normes et rendent le processus d’inspection plus rapide, plus efficace, plus précis et plus sûr.

 

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Quality Assurance Mag.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*